Short 2

Il y a deux hommes dans ma maison. Je les ai vu arriver dans leur gros 4×4 noir par la baie vitrée. J’étais assise dans le noir, je regardais les étoiles briller quand je les ai entendus. Je n’ai pas allumé de lumière, ils ne se doutent pas que je sais qu’ils sont là.

Elle m’avait prévenue.

Je cours dans l’escalier en retirant mon T-shirt bleu. Je le balance, il reste accroché à la rampe en bois. Je tâtonne le long des murs blancs. J’attrape la poignée de la porte de la salle de bain. Ma main actionne l’interrupteur. Je tremble.

« Va là où il y a de l’eau ».

J’ouvre le robinet de la baignoire et du lavabo. Je me retourne pour fermer la porte mais je me souviens soudain que le verrou est cassé et que je ne l’ai pas changé. Je baisse la fermeture éclair de mon slim rouge et il rejoint le sol. Des flaques commencent à se former. Je mets un pied dans la baignoire. L’eau est glacée.

« Ils viendront pour te tuer, ils ont peur de tes pouvoirs »

J’entends des bruits de pas dans l’escalier. Je suis en sous-vêtements dans ma baignoire et je commence à paniquer, elle m’avait dit que cela me protégerais mais rien ne se passe…. Je les entends, ils marchent dans le couloir. Ils ont vu la lumière et ils entendent le bruit de l’eau. Ils s’approchent, ils vont me tuer. Je veux mettre un pied hors de la baignoire mais… non, c’est impossible ! L’eau commence à remonter le long de mes jambes, elle recouvre mon ventre, mes épaules. Elle descend le long de mes bras pendant qu’elle enveloppe ma tête et ruisselle le long de mes cheveux noirs. Je les entends frapper furieusement contre la porte. Mais pourquoi ne l’ouvrent-ils pas ? L’eau coule dans la pièce, elle recouvre les murs, formant comme un cocon, bloquant la porte. Elle les empêche d’entrer. Je me rends compte de tout cela seulement maintenant, dans un état second.

« Dors mon enfant, je suis là pour te protéger » entends-je l’eau me murmurer juste avant de sombrer dans le néant.

Short 1

Il s’arrêta à droite de la voiture noire, une portière était ouverte, l’habitacle vide. Il coupa le moteur et sortit. Il entendait la mer, loin en bas. Le bruit des vagues qui venait s’éclater sur le rocher. Il voyait l’étendue d’eau noire qui reflétait à un endroit la lune. Il sentait l’air chaud autour de lui et retira sa veste avant de la poser sur le siège recouvert de cuir. Il avança. Il sentait les brins d’herbe sous les semelles minces de ses chaussures. Il la voyait. Sa silhouette se découpait, argentée, sur le ciel. Ses yeux descendirent le long de ses cheveux bruns. Ils suivirent la courbe de son dos, celle de ses fesses et effleurèrent ses longues jambes qu’il savait terminées par des escarpins noir. Le tissu de sa robe brillait faiblement à la lueur de la lune, lui donnant une allure spectrale.

Il avança encore, approcha de la femme. Sans une parole, il passa un bras autour de sa taille et posa sa tête sur son épaule. Il la sera contre lui. Il sentait sa chaleur à travers le tissu fin et léger de sa chemise. Il entendait battre son coeur et son souffle régulier l’appaisait. Il écoutait ses bruits infimes et les appréciait encore. Ils restèrent ainsi pendant un long moment, pendant plusieurs heures, amants enlacés, contemplant le ciel et la mer.

L’aurore était là lorsque la femme se retourna et pris le visage de l’homme entre ses doigts longs. Elle plongea ses yeux gris dans les siens. Elle effleura ses lèvres d’un baiser puis recula d’un pas. Une larme perla le long de cils, les yeux fermés, elle lui chuchota trois mots. Le soleil se leva à cet instant, une légère brise se fit sentir. Soudain, la femme se transforma en grains de sables légers qui furent balayés par le vent. Il fixait l’endroit où elle se tenait quelques secondes auparavant, hébété. Il tomba à genoux. Il serrait entre ses mains, la belle robe en soie grise, encore chaude.

Petits mots d’amour !

Sujet : Ecrire un texte dans lesquels les personnages se disent des petits mots d’amours.

C’était un 14 février, jour de la Saint Valentin , qui est , comme chacun sait , la fête des amoureux. Dans leur chambre ,mon amie Clementine Parol et son petit ami  Jean Cornichon roucoulaient encore plus fort que d’habitude. Ça donnait à peu près ça:

- Clémentine mon Dior super parfumé , ma clémentine super bonne ,ma cerise 100 pour cent de sucre ,ma jolie biche, mon spaghetti adoré, mon jus de fruits 55 pour cent de fruits peux-tu me passer mes fleurs dans le panier!Bisou

-Jean C. mon beignet super performant,mon coeur plus énorme que le soleil , mon gâteau à la crème ,mon bouquet de fleurs de 24 fleurs ,viens donc récupérer ton bouquet toi-même !

-Mon riz super grillé, mon citron amer ,ma fleur pourrie , mon  cornichon à mauvais goût, apporte-les ,tu ne vas pas te transformer en poubelle !

-Mon gros camenbert ,ma poule mouillée ,mon canard sans plume ,mon chat stupide, ma grosse vache ,mes chaussettesemoticone, ma tortue têtue, je ne t’obéirai jamais alors viens les chercher on dirait que tu as perdu la cédille de garçon!

A partir de la ,ça a complètement dérapé. J’ai arrêté de noter ,car le vocabulaire que les deux amoureux s’envoyaient à la figure ,je le connaissais par coeur. J’étais un petit peu déçu ,quand même, mais rassuré aussi car j’ai pensé : finalement, parler d’amour ce n’est pas si compliqué que ça.emoticone

 

Janeemoticone

Un crime chez les sirènes

Sujet: Raconte une histoire sous forme de conte dont l’héroïne est une sirène.

Il était une fois une jolie petite sirène, ses cheveux était blond avec quelques touches de chatain, et ses yeux émeraude exprimait une grande solitude. Elle avait une très jolie voix ,mais était très cruelle car la solitude avait détruit toute sa gentillesse et l’avait changé en un profond désespoiremoticone .Chaques marins qui passaient à côté de son île mouraientt car elle les attirait avec sa belle voix et une fois dans l’eau, elle les tuait. Un  jour ,alors qu’elle finissait son repas, elle vit un navire passer au-dessus d’elle. Elle s’élanca, s’aprocha de la coque au plus près et se mit à chanter :  » Vous mes beaux marins descendez me voir dans les profondeurs de l’eau, je vous aimerait, vous chérirait… allait venez ….  » !!!! Mais les marins ne venant pas, la colère monta en la sirène, alors qu’une tempête secouer le navire, déchainait l’eau. Le bateau se brisa contre les récifs de son île et pendant que les Harpyes en finissaient avec les marins, elle s’enfonça loin dans la mer. Les sirène son des êtres mi-femme et mi-poisson réputées pour attirer les marins dans l’océan et les noyer. Mais certaine renie leur nature, c’est le cas de leur reine: douce et tendre elle guérie et soigne le plus de marins possible. Quand elle aprit pour ce nouveau bateau échoué sur les rives d’une île lointaine, elle se précipita sur les lieux. De ses long doigt elle effleurait les blessures qui disparraissait puis elle ramenait les marins à la surface. Malheureusement la sirène qui avait perpétré ce crime voulait la mort de tout ces marins. Alors un soir obscure elle se glissa en silence dans le dos de la reine et lui arracha le coeur teintant la mer de rouge.

FIN

Janeemoticone

J’irai sur la lune

Sujet : Que se passerai-t-il si tu allais sur la lune ?

J’irai sur la lune en un rêve plein de réalité. En descendant je verrai un trou et je tomberai, je tomberai j’atterrirai, j’ouvrirai les yeux et ………DES DIAMANTS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Des diamants partout sur les murs emoticone et des peintures .Je verrait aussi des opales, des émeraudes et des grenat. Je ne saurai pas décrire cet endroit! Il serait lumineux, brillant, éclatant, accueillant mais repoussant à la fois car toute cette beauté est terrifiante. De la lumière, un lit, une table ! La peur me quitera. Mais ou ai-je bien pu atterrir ? Je repartirai là où se trouvait le trou catastrophe. Mais le trou aura disparu !! Je ne saurai vraiment plus quoi faire! Des lunes m’entourerait en chantant une douce mélodie! Ce serait les habitants de la maison , je me laisserait enportait par les senteurs de fleurs qui me parviendrait et avant de m’endormir , je regarderait les lunes. Je deviendrai leur amie un jour ou l’autre.

Janeemoticone

 


septembre 2018
L Ma Me J V S D
« déc    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Sondage

Aimez-vous lire ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Il mondo della poesia |
Allusions infimes |
LaPage2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog d'une pythagoricienne
| mes petites idées
| Blog de Aymane Hafit ...